fr

Un nouveau témoignage français «implique» Al-Qadri devant les supporters tunisiens

Cet article a été traduit automatiquement via Google Translate. Nous nous excusons pour quelques erreurs.

Le commentateur de la chaîne française L’Equipe a évoqué le match dans lequel il a gagné Equipe nationale tunisienne Son homologue Saotome, sur le score de (4-0), dans le cadre du premier tour des éliminatoires de la Coupe du monde 2026, a dû évoquer l’expérience de l’actuel entraîneur des « Aigles de Carthage », Jalal Al-Qadiri. , avec l’équipe nationale, qui a débuté en janvier 2022.

Le commentateur français du match a confirmé que le président de la Fédération tunisienne de football, Wadih Al-Jari, est le décideur pour inviter les joueurs et déterminer la liste, et que l’entraîneur Jalal Al-Qadiri n’a pas le pouvoir de prendre des décisions dans le cadre de la équipe nationale, ce qui a suscité une nouvelle polémique sur la question sur la plateforme de réseau social « Facebook ».

Le commentateur français a évoqué la question de l’arrestation de cet homme audacieux qui croupit derrière les barreaux d’une prison tunisienne depuis fin octobre dernier.

Bashir bin Saeed Hossam Taqa, équipe nationale tunisienne, One Win winwin

Wadih Al-Jari a été arrêté le 25 octobre, avant qu’une carte de prison ne lui soit délivrée, à la suite d’une plainte déposée contre lui par le ministère de la Jeunesse et des Sports, en raison de soupçons de corruption financière dans le contrat de la Fédération tunisienne de football avec l’ancien directeur technique. , Saghir Zouéta.

L’annonce par l’équipe nationale tunisienne de sa composition pour affronter Sao Tomé et le Malawi lors des éliminatoires de la Coupe du monde a suscité une tempête de critiques et un torrent d’accusations et de réactions dans les milieux du football, quelques semaines avant la participation des « Aigles de Carthage » au tournoi. . Coupe d’Afrique des Nations 2023 Côte d’Ivoire.

Le “témoignage” du commentateur du football français intervient quelques jours après que l’agitation provoquée par les déclarations de Saad Baqir, joueur de l’équipe saoudienne d’Abha, se soit apaisée, qui a confirmé que le président de la Fédération tunisienne de football, Wadih Al-Jari, avait autorité et contrôle tout ce qui concerne l’équipe nationale tunisienne, y compris le choix de l’équipe et la liste de l’équipe nationale, ce qui témoigne de la faiblesse du caractère d’Al-Qadri, selon de nombreux observateurs.

Déclarations antérieures niant l’intervention d’Al-Jari

Malgré les rumeurs de plus en plus récentes sur l’ingérence d’Al-Jari lors de sa présidence de la Fédération tunisienne de football dans le travail des entraîneurs, Alain Geras, l’ancien entraîneur français de l’équipe des « Aigles de Carthage », a démenti, déclarant dans des déclarations précédentes au site Internet «gagner gagner“.

Geras a nié l’ingérence d’Al-Jari dans ses choix lors de son séjour en Tunisie. Il a déclaré : “Je peux nier ces choses. Personne, peu importe qui il est, ne peut interférer dans mes choix artistiques ou dans le niveau d’appel des joueurs dans les camps de l’équipe nationale.”

Il a ajouté : “Cet homme audacieux voulait discuter de tout et examiner chaque détail de l’équipe nationale, et c’est son droit. Il demandait des explications sur tout ce qui se passait à l’intérieur des camps, ainsi que sur les choix techniques. Je Je veux dire, tout simplement, il discutait, mais il n’imposait pas son opinion, du moins dans “J’ai travaillé avec lui pendant cette période, mais je ne sais pas comment il se comporte avec les autres entraîneurs”.

À son tour, l’ancien sélectionneur de l’équipe nationale, Munther Al-Kabir, a démenti les déclarations promouvant l’intervention de Wadih Al-Jari dans l’équipe des Aigles de Carthage, accusant certaines parties de promouvoir “des calomnies et des allégations ridicules”.



Source link

مقالات ذات صلة

زر الذهاب إلى الأعلى