fr

Ex-Liverpool : Jordan Henderson d’Al-Ettifaq fait la promotion de la Coupe du monde en Arabie Saoudite

هذا المقال مترجم اوتوماتيكياً عن طريق جوجل ترجمة نعتذر على بعض الاخطاء

Coupe du monde 1930 : Uruguay – Argentine 4:2

&copie IMAGO

Tore : Paul Dorado (12e), José Pedro Cea (57e), Santos Iriarte (68e), Hector Castro (89e), Carlos Peucelle (20e), William Stable (37e).

Vers le rapport du match avec toutes les informations

Stade Centenario, Montevideo, Uruguay

L’Uruguay est le premier champion du monde de football dans son propre pays !

Coupe du monde 1934 : Italie – Tchécoslovaquie 2:1 (à.t.)

&copie IMAGO

Déchiré: Raimundo Orsi (81.), Angelo Schiavio (95.) / Antonin Puc (76.)

Vers le rapport du match avec toutes les informations

Stade national PNF, Rome, Italie

Comme l’Uruguay auparavant, l’hôte gagne. La Coupe du monde est dans l’ombre du fascisme italien de Benito Mussolini.

Coupe du monde 1938 : Italie – Hongrie 4:2

&copie IMAGO

But : Gino Colaussi (6e, 35e), Silvio Piola (16e, 82e) / Pál Titkos (8e), György Sárosi (70e)

Vers le rapport du match avec toutes les informations

Olympique Yves-du-Manoir, Paris, Frankreich

L’Italie est la première équipe à défendre le titre de champion du monde sous la direction de l’entraîneur Vittorio Pozzo. La Hongrie perd l’une des deux finales.

Coupe du monde 1950 : Uruguay – Brésil 2-1

&copie IMAGO

Taureaux : Juan Schiaffino (66.), Alcides Ghiggia (79.) / Friaça (47.)

Vers le rapport du match avec toutes les informations

Maracanã, Rio de Janeiro, Brésil

Connu sous le nom de Maracanaço et la plus grande honte de l’histoire du football brésilien jusqu’à la défaite 7-1 contre l’Allemagne à Belo Horizonte lors de la Coupe du monde 2014.

Coupe du monde 1954 : Allemagne – Hongrie 3:2

&copie IMAGO

But : Max Morlock (10e), Helmut Rahn (18e, 84e) / Ferenc Puskás (6e), Zoltán Czibor (8e)

Vers le rapport du match avec toutes les informations

Stade Wankdorf, Berne, Suisse

Rahn tire depuis l’arrière-plan et explique le miracle de Berne, le premier triomphe de l’Allemagne en Coupe du monde contre une Hongrie apparemment écrasante. La génération dorée reste inachevée et doit ensuite faire face à de sévères représailles dans son propre pays.

Coupe du monde 1958 : Brésil – Suède 5:2

&copie IMAGO

Tore: Vavá (9., 32.), Pelé (55., 90.), Mario Zagallo 68.) / Nils Liedholm (4.), Agne Simonsson (80.)

Vers le rapport du match avec toutes les informations

Stade de football Rasunda, Solna/Stockholm, Suède

Le premier titre du Brésil en Coupe du Monde est placé sous le signe de la superstar montante Pelé, auteur de six buts en tournoi à l’âge de 17 ans.

Coupe du monde 1962 : Brésil – Tchécoslovaquie 3-1

&copie IMAGO

Tore: Amarildo (17.), Zito (69.), Vavá (78.) / Josef Masopust (15.)

Vers le rapport du match avec toutes les informations

Stade national, Santiago du Chili, Chili

Le Brésil est la deuxième équipe à défendre son titre de Coupe du Monde. Pelé n’a pu jouer que lors des deux premiers matches et s’est ensuite blessé sur le banc. Pour la Tchécoslovaquie, c’est la deuxième défaite lors de la deuxième finale.

Coupe du monde 1966 : Angleterre – Allemagne 4:2 aet

&copie IMAGO

Déchiré: Sir Geoff Hurst (18., 101., 120.), Martin Peters (78.) / Helmut Haller (12.), Wolfgang Weber (89.)

Vers le rapport du match avec toutes les informations

Stade de Wembley, Londres, Angleterre

La légende du but de Wembley est née : Hurst bat le gardien du BRD Hans Tilkowski dans le temps supplémentaire, le ballon rebondit sur le bord inférieur de la barre transversale et Weber le dirige hors des limites. L’arbitre décide du but – ce qui reste controversé aujourd’hui.

Coupe du monde 1970 : Brésil – Italie 4-1

&copie IMAGO

Tore: Pelé (18.), Gérson (66.), Jairzinho (71.), Carlos Alberto (86.) / Roberto Boninsegna (37.)

Vers le rapport du match avec toutes les informations

Stade Azteca, Mexico, Mexique

Pelé est finalement devenu immortel avec son troisième titre de Coupe du monde et des buts lors de deux finales de Coupe du monde. L’entraîneur est Mario Zagallo, devenu champion du monde en tant que joueur en 1958 – seuls Franz Beckenbauer en 1974/1990 et Didier Deschamps en 1998/2018 y sont parvenus jusqu’à présent.

Coupe du monde 1974 : Pays-Bas – Allemagne 1:2

&copie IMAGO

Déchiré: Johan Neeskens (2.) / Paul Breitner (25.), Gerd Müller (43.)

Vers le rapport du match avec toutes les informations

Stade olympique, Munich, Allemagne

Une fois de plus, l’hôte remporte la course : l’Allemagne bat devant son public le favori Elftal autour de Johan Cruyff.

Coupe du Monde 1978 : Argentine – Pays-Bas 3:1 (a.p.)

&copie IMAGO

Déchiré: Mario Kempes (38., 105.), Daniel Bertoni (115.) / Dick Nanninga (82.)

Vers le rapport du match avec toutes les informations

Monumental Antonio V. Liberti, Buenos Aires, Argentine

Kempes et Bertoni, en photo, mènent l’Argentine à son premier titre de Coupe du Monde – les Oranje sont à nouveau vaincus, la première génération dorée reste inachevée.

Coupe du monde 1982 : Italie – Allemagne 3-1

&copie IMAGO

Taureaux : Paolo Rossi (57.), Marco Tardelli (69.), Alessandro Altobelli (81.) / Paul Breitner (83.)

Vers le rapport du match avec toutes les informations

Santiago Bernabéu, Madrid, Espagne

L’Allemagne entre dans le match en tant que favorite et est battue par la Squadra Azzurra. La célébration émouvante de Tardelli (photo ici) est symbolique de l’émotivité des Italiens dans ce match.

Coupe du Monde 1986 : Argentine – Allemagne 3:2

&copie IMAGO

Taureau: José Luis Brown (21.), Jorge Valdano (55.), Jorge Burruchaga (84.) / Karl-Heinz Rummenigge (73.), Rudi Völler (81.)

Vers le rapport du match avec toutes les informations

Stade Azteca, Mexico, Mexique

Le Stade Aztèque sera une nouvelle fois le théâtre d’une performance légendaire : Diego Maradona, pour une fois, ne marque pas en finale – mais c’est sa performance qui a amené l’Albiceleste là-bas. Il a préparé le but décisif.

Coupe du monde 1990 : Allemagne – Argentine 1-0

&copie IMAGO

Déchiré: Andreas Brehme (85.)

Vers le rapport du match avec toutes les informations

Olimpico, Rome, Italien

Quatre ans plus tard, l’Allemagne prend sa revanche contre Maradona & Co. « D10S » ne voit pratiquement pas de coup contre la défense de marquage autour de Guido Buchwald. Brehme a transformé le penalty contre le supposé « penalty killer » Sergio Goycochea. Franz Beckenbauer est le deuxième champion du monde en tant que joueur et entraîneur.

Coupe du Monde 1994 : Brésil – Italie 3:2 (nE)

&copie IMAGO

Déchiré : –

Vers le rapport du match avec toutes les informations

Stade Rose Bowl, Los Angeles, États-Unis

Première finale qui se joue aux tirs au but : le Brésilien triomphe dans le duel de superstars entre Romario et Roberto Baggio. Baggio tire et devient un héros tragique. Dans l’équipe brésilienne : Ronaldo, 17 ans.

Coupe du Monde 1998 : Brésil – France 0:3

&copie IMAGO

Tore: Zinédine Zidane (27., 45.), Emmanuel Petit (90.)

Vers le rapport du match avec toutes les informations

Stade de France, Paris, France

L’étoile de Zidane s’élève enfin devant son public. Ronaldo, jusqu’alors la star célèbre de la Coupe du Monde, entre sur le terrain inapte et déçu.

Coupe du Monde 2002 : Allemagne – Brésil 0:2

&copie IMAGO

Déchiré: Ronaldo (67., 79.)

Vers le rapport du match avec toutes les informations

Stade NISSAN, Yokohama, Japon

Quatre ans après Paris, Ronaldo montre sa classe supplémentaire : l’équipe allemande a même des avantages en première mi-temps, mais échoue toujours devant le but. Quand Oliver Kahn commet une erreur après un tournoi exceptionnel à ce jour, El Fenomeno est là.

Coupe du Monde 2006 : Italie – France 6:4 (nE)

&copie IMAGO

Tore: Marco Materazzi (19.) / Zinédine Zidane (7.)

Vers le rapport du match avec toutes les informations

Stade olympique, Berlin, Allemagne

L’Italie contre la France ou Materazzi contre Zidane. Les deux marquent dans le temps réglementaire. Dans le temps additionnel, le défenseur italien a tellement provoqué le Français qu’il a déclenché son fameux coup de tête. C’est le dernier match de sa grande carrière. Fabio Grosso transforme le penalty décisif pour l’équipe autour de l’excellent leader défensif Fabio Cannavaro (photo).

Coupe du Monde 2010 : Pays-Bas – Espagne 0:1 (a.p.)

&copie IMAGO

Taureau: Andrés Iniesta (116.)

Vers le rapport du match avec toutes les informations

Stade FNB, Johannesburg, Afrique du Sud

Les Oranje ont les meilleures chances en finale de Coupe du Monde dès leur troisième tentative, mais Arjen Robben and Co. ne peut tout simplement pas marquer contre la génération dorée espagnole. Dans un match particulièrement difficile, la star barcelonaise Iniesta est là dans la prolongation. Rafael van der Vaart ne peut plus bloquer le ballon…

Coupe du Monde 2014 : Allemagne – Argentine 1:0 (à.t.)

&copie IMAGO

Buts: Mario Götze (113.)

Vers le rapport du match avec toutes les informations

Maracanã, Rio de Janeiro, Brésil

Cette finale se déroule pour la troisième fois lors d’une Coupe du Monde. Après la victoire 7-1 en demi-finale contre le Brésil, l’équipe de la DFB a dû attendre la prolongation contre Lionel Messi & Co., qui restait coincé avec Manuel Neuer et la défense allemande. C’est alors que Götze le fait – comme le demande le commentateur Tom Bartels.

Coupe du monde 2018 : France – Croatie 4:2

&copie IMAGO

Buts : Mario Mandzukic (18e/contre son camp), Antoine Griezmann (38e), Paul Pogba (59e), Kylian Mbappé (65e) / Ivan Perisic (28e), Mario Mandzukic (69e)

Vers le rapport du match avec toutes les informations

Stade Luzhniki, Moscou, Russie

La France remporte le titre de Coupe du Monde pour la deuxième fois, Didier Deschamps suit Zagallo et Beckenbauer dans les statistiques des joueurs/entraîneurs. Focus : Mbappé, qui n’a que 19 ans !

Coupe du Monde 2022 : Argentine – France 7:5 ne

&copie IMAGO

Déchiré: Lionel Messi, (23.), Angel Di Maria (36.), Kylian Mbappe (80.), Kylian Mbappe (81.) / Lionel Messi (108.), Kylian Mbappe (118.)

Vers le rapport du match avec toutes les informations

Stade emblématique de Lusail, Lusail, Katar

L’Argentine remporte le titre de champion du monde pour la troisième fois. Dans une finale à couper le souffle, c’est la séance de tirs au but qui décide, au cours de laquelle l’Argentin Emiliano Martínez arrête le penalty de Kingsley Coman et Aurélien Tchouameni le rate. Les Argentins ont tous marqué et le penalty décisif a été inscrit par Gonzalo Montiel, qui a tiré le penalty dans la prolongation pour porter le score à 3-3. Focus : Messi couronne sa magnifique carrière avec un doublé en finale et est honoré comme joueur du tournoi !



Source link

مقالات ذات صلة

زر الذهاب إلى الأعلى